Association pour le Rayonnement de Port Royal des Champs

Association pour le Rayonnement de Port Royal des Champs

Prochainement

Dim 10 Sep 17:00
Quatuor Chiaroscuro - Haydn
Dim 8 Oct 17:00
Quatuor Belcea - Ligeti, Dvorak
Juillet 2017
L Ma Me J V S D
26 27 28 29 30 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31 1 2 3 4 5 6

Port Royal

Accès et Plan
Visite

Une Image

img_8627

Connectez vous

Promenades, spectacle et concert

Ne manquez pas

- les 16 et 17 Octobre à partir de 14h les Promenades commentées nous faisant revivre l'abbaye, Port Royal et la vallée de Chevreuse -en partenariat avec le PNR-

- le 16 Octobre à 16h   Spectacle-Concert  :  préparation au Carnaval  de Schumann.

- Le 17 Octobre à 17h Concert  Patricia Pagny -Piano- , Schumann et Debussy.

Promenades Commentées

ruines1En partenariat avec le PNR de la haute vallée de Chevreuse . Avec

  • Aurelie Erlich, conférencière nationale, évoquera la période romatique à Port Royal des Champs et en vallée de Chevreuse.

  • Stéphane Loriot, animateur patrimoine du Parc, fera revivre l'abbaye au moyen-âge

Ces promenades informelles et au gré des visiteurs auront lieu les 16 et 17 Octobre à partir de 14h : entrée ruines de l'abbaye.

Préparation au carnaval de Schumann

le samedi 16 Octobre à 16h à la salle Gazier (ruines de l'abbaye).

carnavalCe concert-spectacle, gratuit, à voir en famille  retrace les pièces pleines d’humour et de sensibilité du grand Carnaval de Schumann .

François Fuchs (dans le rôle de Robert Schumann lui-même) présente et anime le concert interprété par la pianiste Patricia Pagny (dans le rôle de Clara, son épouse, première interprète de ses œuvres) .

L’histoire se déroule pendant le carnaval de Venise ; de nombreux personnages traditionnels, Pierrot, Arlequin, Pantalon et Colombine, et d’autres bien plus inattendus, Chopin, Paganini, Schubert et des femmes « coquettes » défilent et participent à la grande fête.

Revisitée de cette manière éducative et ludique, l’interprétation du Carnaval permet d’appréhender l’univers de la musique classique tout en douceur.

Un tourbillon de couleurs, d’éclairages, et d’anecdotes situées entre rêve et réalité sauront éveiller l’imagination de tous les initiés et non-initiés à ce genre, en nous transportant au delà des notes.

A ne pas manquer avant l'intégrale du Carnaval de Schumann qui sera donnée le lendemain !!!

 

Concert : Patricia Pagny  -piano-

Le dimanche 17 Octobre à 17h à la salle Gazier (ruines de l'abbaye)

Patricia Pagny nous interprète :

  •   Beethoven (Sonate en ré majeur op.28 "pastorale")
  •  Debussy (4 préludes)
  •  Schumann (Carnaval Op.9)

Patricia Pagny

patricia_pagny_article

Patricia Pagny, issue de la célèbre école Vincente Scaramuzza de Buenos Aires, a suivi, dès son plus jeune âge, des cours avec Nora Doallo, à Lugano.

Elle fut ensuite l'élève de Nikita Magaloff, Maria Joâo Pires et Paul Badura-Skoda et s'illustra dans les concours internationaux, remportant le Concours Alessandro Casagrande à Terni (elle a aussi été finaliste, entre autres, des concours de Marsala et Clara Haskil de Vevey).

Elle se produit désormais avec les plus grands orchestres sur la scène internationale (du Chicago Symphony Orchestra aux Dresdner Kapellsolisten – un ensemble formé de solistes de la Staatskapelle – en passant par l'Orchestre Lamoureux) et des chefs aussi marquants que Sir Georg Solti ou Lord Yehudi Menuhin.

Parallèlement à son activité de concertiste, Patricia Pagny consacre une partie de son temps à l'enseignement, préparant ses élèves aux grands concours internationaux.

Elle a gravé de nombreux disques, au nombre desquels on peut mentionner un remarquable opus dédié aux Romances sans paroles de Mendelssohn (Novalis) qui reçut un bel accueil critique. Sur le site d'Arte, Mathias Heizmann, évoquant cet enregistrement, parle en ces termes de l'approche singulière de la virtuose :

« Musique intimiste, parfois répétitive, ce cycle a fait de ses vertus faiblesse : écoutées bout à bout, on finit presque par se lasser. Mais lorsque Patricia Pagny met en scène ces miniatures, elles acquièrent aussitôt une identité particulière et une puissance suggestive tout à fait inattendue ».

Plus récemment, elle a également réalisé, avec Alexander Hülshoff, une belle intégrale de l'oeuvre pour piano et violoncelle de Brahms (Novalis, 2009).

© Orchestre philharmonique de Strasbourg

Le Carnaval de Schumann

schumannEn 1834, Schumann se fiance à Ernestine von Friecken, originaire d'Asch petite ville de Bohème.

Leur liaison bien que brève, donna l'occasion à Schumann de composer pour sa fiancée, cette oeuvre pour piano est nommée également "Scènes mignonnes sur quatre notes". Elle est composée de 22 pièces dans lesquelles on retrouve le motif récurrent de quatre notes qui, en notation germanique (la-mi bémol-do-si) donnent  ASCH, petite ville de Bohême d'où Ernestine est originaire.

Carnaval est l'une des oeuvres pour piano les plus brillantes de Schuman. Elle est connue pour ses sons harmoniques succédant à de violents accords dans le grave du piano. Elle est caractéristique de l'esprit romantique de l'époque (1834) : extravagance, délire poétique, imagination sans limites et un brin révolutionnaire.

Elle est composée de 22 pièces qui déroulent un carnaval avec ses personnages :

- Préambule (la bémol)
- Pierrot (mi bémol)
- Arlequin (si bémol)
- Valse noble (si bémol)
- Eusebius (mi bémol ; dépeignant le côté calme, décidé du compositeur)
- Florestan (sol mineur; dépeignant le côté impétueux du compositeur)
- Coquette (si bémol ; dépeignant la domestique aguichante de Friedrich Wieck)
- Réplique (sol mineur)
- Sphinx
- Papillons (si bémol)
...etc...

Les personnages ainsi incarnés sont réels et reconnaissables ( Schumann -Eusébius et Florestan- , Clara, Chopin, Liszt, Ernestine, ..) Tous rejoignent le Carnaval.

Schumann avait  ouvert un club (les compagnons de David) composé de personnages réels et imaginaires (Schuman y apparaissant en Eusébius ou Florestan) qui voulait lutter contre les Philistins (les bourgeois).

 

Préludes de Claude Debussy

debussyLes deux livres de Préludes pour piano de Claude Debussy furent composés entre Décembre de 1909 et Avril de 1913.

Avec En blanc et noir et le recueil des douze Études, tous deux composés en 1915, les vingt-quatre Préludes marquèrent l'aboutissement de la pensée pianistique de Debussy. C'est en hommage aux préludes de Frédéric Chopin que Debussy choisit cette appellation pour ces compositions très libres. Le compositeur n'a jamais souhaité réunir ces pièces dans une série ; il considérait chacune d'entre elles comme une œuvre à part entière.

Bien que considérés comme un sommet de la musique impressionniste, les Préludes de Debussy doivent être regardés comme une invitation au voyage et à la rêverie plus que comme une peinture descriptive. Debussy lui-même avait déclaré à propos de ses Estampes (1903) : « Quand on n'a pas les moyens de se payer des voyages, il faut suppléer par l'imagination ».

Le musicien prend soin de n'indiquer les titres de ses Préludes qu'en fin de morceau, entre parenthèses et après points de suspension, de façon à permettre à l'interprète de découvrir ses impressions propres sans être influencé par celles du compositeur. Les titres étaient choisis pour créer chez l'auditeur des associations d'images ou de sensations



 
 
Joomla 1.5 Templates by Joomlashack